Ca gaz 3

Lien vers l’article

Depuis quelque temps un nuage se profile à l’horizon sur l’ensemble des participants directs et indirects aux contestations des gilets jaunes, un nuage toxique, le nuage lacrymogène.

Un collectif de recherche en son sein, prit les devant dans la quête de vérité sur une formule qui fait du bruit tant dans son utilisation que dans ses effets sur le court et long terme.
Pour avoir plus de réponses concrètes, un spécialiste de la fake news scientifique, docteur en biologie moléculaire ainsi que membre du collectif.
( https://www.researchgate.net/profile/Alexander_Samuel3?fbclid=IwAR0eVgFkF9pMfHkSwqTtdev89jRyzed9kF07JUUzMAuyVr2mfCBUnM9UuKw) s’est engagé de toutes ses compétences pour mieux répondre aux questions que beaucoup se posent.
Alexander Samuel comment êtes vous arriver à étudier le gaz lacrymogène de type CS ?

“ Je n’ai jamais directement étudié ce gaz, mais lorsque j’ai été impliqué dans les événements concernant les gilets jaunes et Genevieve Legay (garde à vue arbitraire pour avoir filmé comment un commissaire interpelait des street médics sans raison à 10 mètres de Geneviève en sang), j’ai ressenti la nécessité de m’intéresser de façon plus générale à la défense de nos libertés. J’ai essayé de constituer un collectif avec les personnes placées arbitrairement en garde à vue ce jour-là, et en les fréquentant je suis tombé sur ce que je pensais être une “fake news” : du cyanure dans les lacrymogènes. J’ai alors commencé à regarder la formule de la molécule, contenant deux groupements cyanate, puis, étant docteur en biologie, j’ai décidé de creuser le sujet dans la littérature scientifique.”

Vous parlez de contenu de cette molécule avec deux groupements cyanate, que pouvez vous nous dire de vos lectures sur ces composés ?

“Eh bien j’ai tout d’abord eu le réflexe de regarder si ces deux groupements CN pouvaient être libérés. La littérature scientifique n’est pas très riche, notamment parce qu’il s’agit d’une molécule d’application militaire et que les premières recherches sont plutôt confidentielles et inaccessibles, mais depuis son interdiction en usage militaire en 1998 et son usage exclusivement civil dans certains pays seulement, il est un peu plus étudié.
En modèle animal, sur plusieurs espèces différents, la machinerie cellulaire permet de libérer un des deux groupements cyanure.
Comme il a fallu soit injecter des doses élevées en intraveineuse, soit gazer fortement les animaux pour obtenir ces résultats, ils n’ont évidemment pas été reproduits de la sorte chez l’homme. Le cyanure étant rapidement pris en charge puisqu’il est très toxique, on obtient des thiocyanates, un peu moins dangereux (sauf au niveau de la thyroïde, ou dans des cas particuliers), ces thiocyanates sont retrouvés après exposition au gaz lacrymogène CS chez l’homme !”

Le docteur Samuel nous précise ceci :
“Le cyanure étant très toxique, si la dose n’est pas létale, il est traité par l’organisme en lui ajoutant un groupement thiol (soufre) issu d’acides aminés comme la cystéine, sous l’action d’une enzyme mitochondriale, la rhodanese.”
(source)
https://en.wikipedia.org/wiki/Rhodanese.
“Le thiocyanate, on ne peut pas déterminer avec exactitude la part issue d’une cigarette (très faible dose de cyanure, traité rapidement par l’organisme en thiocyanate) et la part qui pourrait être issue d’une dose plus importante de cyanure d’une autre source. Le cyanure est dangereux à une dose de 0,65 mg/l de sang.”
(source)
https://www.ata-journal.org/articles/ata/pdf/2000/02/ata20002p131.pdf?fbclid=IwAR2goYvUMJSfdOnjYDscAcHr0OMTd434iApUj7ai2fNrczLAKgM6aYMt0OcSur le sujet des fumeurs, que dit la littérature et les études ?

“Qu’on ne devrait pas dépasser la dizaine de mg/l ( 150 µM ) de thiocyanates sanguins en fumant une vingtaine de cigarettes.”
(sources)
http://jhs.pharm.or.jp/data/46(5)/46(5)p343.pdf
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6307002/
https://www.researchgate.net/publication/6885967_Serum_thiocyanate_levels_in_smokers_passive_smokers_and_never_smokers?fbclid=IwAR3sxrxJINtlJ2VLuu0S-8U8o1RntQb6movF5aACmUS_eiDHmEN68CPh7mk
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/6502741
https://onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1002/3527600418.bi5712sale0013?fbclid=IwAR0GaY0jAUJZPC9r-d960mun_of8pOAiAgxg57ebSvJ8kQJC6FXigUZRmIE

Si leur source est bien le malononitrile dégradé en cyanure dans l’organisme les thiocyanates des cigarettes sont produits lentement, au fur et à mesure qu’une personne fume, alors que ceux potentiellement issus du métabolisme du malononitrile sont produits quasi simultanément. Tout ceci indique qu’il est essentiel de relever les niveaux sanguins de cyanure juste après une exposition intense aux gaz lacrymogènes, ou, au moins tester les effets à plus long terme après dégradation du cyanure en thiocyanates.

Les grenades en elles même sont une interrogation, voici ce que nous savons:

Nous savons que la dose contenue dans les grenades est 2600 fois inférieure à une dose létal pour une grenade.
Elles sont à quantités de principe actif de 2-chlorobenzalmalononitrile variable, la plus puissante étant de 140 grammes de CS à 10% (nous ne savons pas ce que représente ces 10%) pour une surface de 1400 m2.
Ces grenades ont une durée de dispersion d’à peu près 30 secondes (+/- 5 secondes) ce qui laisse un vide sur les cadences d’utilisations et le maintient dans la durée du nuage au vu des la multiplicité des tirs.

Dans les lectures sur les gaz CS des études sur la létalités réalisées sur des animaux ont révélées ceci:

Nous nous posons donc la question sur les conséquences des répétitions d’expositions ainsi que des durées.
Il était bon de demander au Docteur Samuel de nous éclairer sur ce point.

Mr Samuel, selon vos lectures qu’avez vous appris sur ces données de durées d’expositions ainsi que la répétition ?

“Alors d’une part, il est important de comprendre que les doses sont très difficiles à déterminer.
Le chiffre de 2600 fois inférieur correspond en réalité au rapport entre la dose provoquant des irritations et la dose mortelle (théorique) chez l’homme.
Cependant, un nuage de fumée n’a pas une concentration unique dans tout le nuage. Ce n’est pas pareil si plusieurs grenades éclatent à proximité de nous, ou si on se trouve à 10 mètres de la grenade…
La seule étude qui a tenté de quantifier les niveaux a indiqué que les doses pouvaient atteindre 5000 mg/m3 au centre d’un nuage de gaz (Sidel et al., 1966).
La dose à laquelle on est exposé dépend également de la durée d’exposition : ce n’est pas pareil de rester 1 heure au centre d’un nuage de gaz lacrymogène, que de rester 2 minutes en périphérie avant de partir suite aux effets irritants.
Il est donc important de faire le calcul du “c x t” présenté dans le tableau, concentration x temps.
Ainsi chez un rat, une exposition à 9000 mg.min/m3 est mortelle, alors que chez le singe il faut une dose de 62400 mg.min/m3.
Si on prend la donnée de Sidel, un rat au centre du nuage d’une lacrymogène immobile peut mourir en 2 minutes, un singe en un quart d’heure.
Heureusement, le nuage se dissipe avec le temps, il ne va pas rester au maximum possible pendant 15 mintues au centre du nuage, et donc un singe survivrait sans doute un peu plus longtemps à l’air libre.
Combien de temps ?
Impossible à déterminer malheureusement.
Un scientifique n’aime pas extrapoler et ne se prononcera donc jamais, à part dire:
“on ne sait pas”.
Cependant, je vais oser le faire un peu, et me dire que vu les temps indiqués ici chez les animaux, les doses et durées auxquelles les personnes sont exposées lors des manifestations sont plutôt très élevées, loin des “2600 fois inférieures d’une dose létale”.
D’ailleurs, une étude a montré des effets à long terme sur la santé (Zucchetti et al., 2017).”
https://l.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fwww.researchgate.net%2Fpublication%2F305215203_Damage_to_Man_and_Environment_of_Tear_Gas_CS%3Ffbclid%3DIwAR3jc2QO7LGOdDGE34EDQg4qrKlVFC_ah8cH-Tlh8A6-Ok6m6KWY-GiBCz8&h=AT2lxL-ViOC2qaZPYwtIXZ6F7-1b6yx6eaLFUgxyVgtRhRaRlbH9s9mJe5oLhe_Ra-kEs-HWLrKajxLy_CI-dktN9-EK_p5D_Cr09lM40628E0qe5SCb2B5sEWcaCgGjmK55GART7vkVSmw

https://l.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fwww.researchgate.net%2Fpublication%2F309591686_Toxicity_and_Health_Effects_of_Ortho-chloro-benzylidene-malononitrile_CS_gas%3Ffbclid%3DIwAR36JtY4UziHDexNgQS8I4mt2Y_CzqvjdgKEF7b455wFmYTYh02duGzeO9A&h=AT2P_YdKCjAGZ5ROLeCyPN9pfWxV6E3szdYWxQEzNdNGzM3yxUmZHpQnw7ClxAue2dVEJ2CDriR_NobfRMLytysnkL6OUkHtWmTz78Z8_1ty4T0Ysgi4wf6wWGLN6F8cfkUObw

Dans les concentrations il n’est pas ou peu abstrait d’aborder la dangerosité des volumes et implications de durée d’exposition dans le gaz CS, les lectures d’études sont formelles sur le fait de lancer une alerte sur l’utilisation massive de longue durée de ces armes.
Il est clair que ces grenades contiennent un toxique dangereux, au point qu’une application américaine a été créée dans le cadre d’utilisations certifiant l’élimination, dans un bâtiment, de 50% des personnels présents, en rentrant les données du bâtiment (longueur, largeur, hauteur ainsi que le temps d’exposition nécessaire) pour atteindre le résultat du volume de gaz optimal par les assaillants, soit éliminer 50% des êtres vivants.
https://appadvice.com/app/lct50-calculator/457980287?fbclid=IwAR2AfJQI5D-RcMu0d-Fmk0GkQVrgorooQZ3EuIri9XPRE0tEyFiMbNhK4W0

Trouvez vous Mr Samuel que l’on peut dire de cette application qu’elle est farfelue ou au contraire qu’elle démontre que le toxique CS est tout sauf inoffensif ?

“L’utilisation des lacrymogènes est prohibé en milieu clos, même dans les quelques pays qui continuent à l’utiliser suite à son interdiction en application militaire, comme la France. Et effectivement, en milieu clos, le nuage dégagé par la grenade va stagner, rendant les niveaux d’exposition dangereux.
Il est intéressant de voir qu’à Waco au Texas, en 1993, lorsque la secte des Davidiens était assiégée, ces gaz CS ont été envoyés et ont semble-t-il entraîné une mortalité avec des taux de cyanure élevés dans le sang.
Évidemment, on ne peut pas déterminer la part de cyanure due aux incendies et celle due aux gaz, mais une étude extensive se pose tout de même la question (Danforth & Heinrich, 2000).
Elle affirme que les deux sources de cyanure ont sans doute été additionnées dans les cas de décès. Ce qui est intéressant, c’est que la part principale de cyanure serait bien celle des gaz lacrymogènes, d’après les calculs théoriques réalisé.
Suite à une publication (sur le site de téléchargement de l’application dont vous parlez) une sorte de troll un peu comique, utilise les chiffres de l’application pour calculer la dose de gaz nécessaire pour tuer une personne dans un espace clos.
Dans nos cas, nous ne sommes pas en milieu clos, les doses de cyanure n’ont pas atteint les seuils de létalité. Nous n’avons pas (encore) eu de morts. Par contre, des symptômes spécifiques à l’intoxication au cyanure et qui ne sont pas liés à une simple irritation des poumons ont bien été observés, notamment les symptômes de manque d’oxygène (hypoxie). Il est donc possible et même probable que les taux de cyanure soient montés chez ces personnes gazées en extérieur, maintenues nassées, et qui ont évolué dans ce nuage toxique pendant parfois plusieurs heures, exposés à de nombreuses grenades et non pas à un tir unique.
Pour vérifier le taux de cyanure absorbé, une analyse des niveaux de thiocyanates est un marqueur spécifique car, présent 14 jours dans le sang et les urines après exposition. Et des niveaux très élevés, bien au-delà des niveaux normaux de fumeurs ou de non-fumeurs mangeant sans doute autant d’amandes et de manioc que n’importe qui ont été relevés.
Pour qu’ils proviennent de feux ou d’incendies, il aurait fallu que ces personnes aient été exposées en intérieur à des fumées des matières riches en carbone et en azote soumises à de très fortes températures.
On ne pourrait sans doute pas expliquer de tels niveaux par un feu de poubelle ou de rue situé à plusieurs mètres auquel on aurait été exposé pendant une certaine durée.
La question est de savoir le niveau de cyanure atteints instantanément au moment de l’exposition au gaz.
La conséquence d’une hypoxie est la production d’énergie anaérobie (sans oxygène), produisant des lactates (à l’origine des crampes). Le taux de lactates peut être un bon indicateur général de l’ampleur du manque d’oxygène qu’a subi une personne. C’est pourquoi l’analyse de ces niveaux peut être utile complémentairement aux niveaux des thiocyanates. Enfin, le plus utile serait de connaître les niveaux instantanés de cyanure dans le sang au plus fort de la manifestation, chose difficile à réaliser, mais pas impossible !
En complément, l’analyse de la quantité de gaz CS dans l’air pourrait aussi être un indice permettant de déterminer la gravité de l’exposition.”
http://www.veritagiustizia.it/docs/gas_cs/CS_Effects_Waco.pdf?fbclid=IwAR1bYjF4I2ze9Z00uqOyuWYy2lmwGxOrJRBKnjy3yDVH3jEcIXknEQb24f8

Nous voyons que dans ce contexte de crise et d’utilisation massive des gaz lacrymogènes CS
une dernière question était nécessaire pour avoir un avis certain sur ces utilisations.

Mr Samuel que préconisez vous sur l’utilisation de ces fameux gaz cs ?

“Son utilisation a démontrée son inefficacité. D’autres pays n’y ont pas du tout recours.
Les forces de l’ordre comme les manifestants risquent des effets nocifs sur leur santé aussi bien à court terme qu’à long terme. Et je redoute qu’un enfant, une personne asthmatique, une femme enceinte ainsi que d’autres cas à risque ne se retrouve accidentellement à proximité de tels gaz.
Lorsqu’on voit les images de la fête foraine à Nantes ou celles de la petite fille évacuée du métro à Toulouse, on est en droit de s’inquiéter lourdement.
Il serait sans doute nécessaire d’arrêter leur utilisation immédiatement, en attendant de réaliser certaines études en milieu confiné et contrôlé, avant d’exposer des êtres humains à des produits aussi toxiques.
L’état actuel de nos connaissances nous permet de nous inquiéter énormément sur les conséquences de leur utilisation, sans pour autant connaître avec précisions les risques encourus.
De façon générale, l’utilisation de substances lacrymogènes quelles qu’elles soient ne devraient pas être aussi massives que ce que nous voyons en France aujourd’hui.
En italie, le comité Piazza Carlo Giuliani a alerté sur l’utilisation de ces gaz lors des protestations contre le sommet du G8 à Gênes (http://www.veritagiustizia.it/doc_fra/genes_fevrier_2004.php).
Ne pouvons-nous pas apprendre des erreurs de nos voisins plutôt que de les recommencer, et encore plus gravement ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *