Les effets directs du gaz

Le gaz lacrymogène CS est un irritant qui agit sur les yeux, le nez, la bouche, la peau et le système respiratoire. ( Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15071820 )

L’image contient peut-être : une personne ou plus
irritation de la peau avec cloque après gazage

Sur la peau : démangeaisons, picotement, rougeurs, avec possibilité de formation de cloques ou de dermatites. (Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/5017289 ). Dans les cas graves on peut même avoir un érythème facial et un gonflement qui obscurcit la vision (Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11422166 ) ou une dermatite érythémateuse du visage, du cou et des mains (Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8323322 ). Ce gaz peut provoquer des allergies (Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1938057 ).

Sur les yeux : larmoiement, blépharospasme, démangeaisons et sensation de brûlure. (Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/5044601 ) pouvant provoquer des blessures graves à long terme : œdème stromal cornéen, larmoiement conjonctival et vascularisation profonde de l’œil (Source : https://www.researchgate.net/publication/267927145_Evaluation_of_an_Intervention_to_Reduce_Tear_Gas_Exposures_and_Associated_Acute_Respiratory_Illnesses_in_a_US_Army_Basic_Combat_Training_Cohort ) ou encore hémorragie vitréenne, neuropathie optique traumatique, symblepharon, pseudoptérygion, kératite infectieuse, kératopathie trophique, glaucome et cataracte (Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7580500 )

Un policier semblant subir une oppression thoracique lors des gazages

Lorsque le gaz est inhalé : toux, suffocation, salivation et oppression thoracique. (Source : http://www.bvsde.ops-oms.org/tutorial1/fulltex/armas/textos/chebio/chebio.pdf ). Sur le long terme, toux persistante, douleur thoracique, production d’expectorations, hémoptysie, difficultés respiratoires et écoulement nasal, pouvant durer parfois plusieurs semaines après l’exposition. Les blocages pulmonaires avec obstruction des voies respiratoires sont observées plus souvent chez les femmes. (Source : https://www.atsjournals.org/doi/abs/10.1164/ajrccm-conference.2014.189.1_MeetingAbstracts.A3142 ) le risque de bronchite chronique est également plus élevé ( https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25152930 ). Les militaires qui s’exposent à ces gaz lacrymogènes ont des risques de problèmes de santé respiratoire accrus : douleur à la gorge, toux, bronchite, rhinopharyngite, sinusite et même une plus forte probabilité d’avoir la grippe ! ( https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25603650 ).

Des effets gastro-intestinaux sont également connus : nausées, vomissements, diarrhées et hématémèse (vomir du sang) (Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8793527 ).

Des effets cardiovasculaires ont également été identifiés, comme de la tachycardie et de l’hypertension (Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/6407978 )

En milieu confiné, ce gaz a entraîné la mort notamment dans des prisons américaines (Sources : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/6807220, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14193211 et https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/370336 ) ou encore en Egypte (Source : https://www.bbc.com/news/world-middle-east-26626367 )

Pour les habitants de quartiers gazés non manifestants, des effets respiratoires persistants ont également été documentés ( https://www.atsjournals.org/doi/abs/10.1164/ajrccm-conference.2014.189.1_MeetingAbstracts.A3143 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *